dimanche 4 mars 2018

Le Parti Pirate aux mains du C.R.S. - Article 2/3

Le Parti Pirate engage une nouvelle réforme statutaires. La dernière date de 2012. A chaque changement, sont lot de critiques de forme et de fond. Personnellement, je n'ai pas pu m'exprimer sur ce texte car une procédure disciplinaire était portée contre moi (notamment par l'un des rédacteurs du texte) et il fallait lever ces accusations pour avoir une parole entendue et entendable. De plus, pour des raisons personnelles, je n'ai pas pu parler

J'ai commencé cette série de trois articles en parlant justement de cette procédure, vous pourrez retrouver l'article ici. Je vous expose ici pourquoi cette réforme statutaire procède du même esprit qui sévit actuellement au Parti Pirate : censure, intimidation, violence. Le plus dérangeant, c'est l'assemblée générale et le contexte (dont je reparle à la fin de l'article).

Rappel historique sur le Parti Pirate

Pour comprendre, faut faire un petit retour en arrière. J'ai omis certaines détails que je connais moins ou de moindre importance.

Le Parti Pirate s'est fondé en 2006 en Suède puis a essaimé en France à partir de 2009. Jusqu'aux élections législatives de 2012, il y a eu plusieurs soucis internes. Souvent lié à la présidence qui prenait trop de place (pas qu'ils n'aient pas été des personnes intéressantes, entendons nous : ils ont beaucoup accompli pour le collectif mais ça a fini par générer du conflit). Après les élections de 2012, il y a eu un nouveau conflit qui a débouché sur la volonté de mettre en place une structure plus "liquide", plus décentralisée. Enfin surtout de changer de présidence mais comme il était constaté qu'indépendamment des personnes, la présidence finissait toujours par être l'ennemi à abattre, d'autres modèles ont été proposés.

Celui qui l'a emporté était un amendement basé sur la "do-o-cracy" (comprendre : ce qui font ont le pouvoir) et sur la fédéralisme (la représentativité géographique importe plus que la représentativité individuelle). Le tout était vendu saupoudré de démocratie liquide via l'outil numérique de l'époque : LiquidFeedBack. La coordination des sections étaient à la tête du tout mais les décisions devaient puiser leur origine sur la consultation des membres et sur le consensus fédéral. A l'époque j'étais à l'initiative d'un autre modèle de gouvernance mais qui n'a pas obtenu assez de suffrages. Cela dit, j'y étais néanmoins assez favorable dans l'ensemble, et à l'issue du changement de statut j'ai été élu co Secrétaire National (sorte de président du bureau exécutif, sans pouvoir politique et sans statut de porte-parolat).

Ce fut assez laborieux à mettre en place et sur la durée, on a perdu peu à peu les différents principes qui étaient à l'origine. Tout d'abord la do-o-cracy : si elle étaient bien accepté intellectuellement, au moment de la prise de décision, il fut toujours difficile de faire confiance à "ceux qui font". Bien sûr, la structure prévoyait des moyens de contrôle a posteriori mais il faut reconnaître que dans l'essence du Parti Pirate, on a toujours rejeté le rôle des "experts". Tout le monde a toujours voulu être associé à toutes les décisions (même les plus marginale : quel imprimeur sélectionner ?). Elle n'a jamais vraiment fonctionné et a été à force d'assemblée générale réduite dans les textes à assez peu de moyen d'action. Ensuite, la représentation individuelle devait passer par la démocratie liquide mais celle-ci est exigeante : il faut voter régulièrement, il faut modifier les textes, il faut produire du consensus. Le tout à distance et avec des disponibilités de temps un peu réduites. Ce moyen a été conservé mais est peu pratique[1] et n'a été utilisé (sous diverses formes) dans assez peu dans des décisions concrètes (pour quelques décisions importantes mais aux origines, ce devait être le mode décisionnel régulier). 
Enfin, des dysfonctionnements de l'instance fédérale (la coordination des sections). Déjà il était plus pratique de passer par elle que par la consultation en démocratie liquide (plus rapide, avec moins de débats). C'est devenu le siège du pouvoir. Et dès lors qu'il y a pouvoir, certains s'y accrochent. Les coordinateurs qui devaient être des rouages entre leur section et les décisions du national se sont soit mis en tête de prendre les décisions sans consultation (en gros, ils ont pensé savoir déjà ce que pensait leurs membres ou que ça ne les intéresseraient pas) ou au contraire se sont acharnés à faire le job de courroie de transmission juste qu'à l’épuisement. De plus, entre les deux visions, il étaient difficile de produire du consensus : entre des coordinateurs qui venaient avec un mandat impératif et ceux qui découvrait l'ordre du jour en début de réunion, difficile de faire ça dans un temps raisonnable : une réunion d'une à deux heures, c'est gérable, si elle doit durer plus, les esprits s'échauffent). 
Et puis c'est nouveau cette notion de mandat impératif, autant en mandat représentatif, on a l'habitude et on sait faire, venir avec un mandat impératif et négocier un compromis, c'est compliqué. Si on ajoute que la charge de travail pour produire du fond politique est exténuante, la lassitude vient vite. Plus facile de prendre la décision rapidement sans aucune analyse contradictoire et collégiale. Et puis aussi, la tentation vient vite d'aller plutôt discutailler d'un aspect annexe. Par exemple sur les questions techniques, sur la location d'une salle ou des choses du genre qui ne nécessiteraient pas forcement du même niveau de consultation (en vrai : c'était plus simple quand la décision se prenait par un président ou en bureau restreint, les considérations sont partagées : pas trop cher, accessible, adapté à la réunion... bref, parfois ça râle mais on ne quitte pas un parti politique parce que la salle étaient un peu trop petite ou un peu trop grande).
En décembre 2017, il n'y avait plus que deux coordinateurs à participer régulièrement aux coordinations. C'est-à-dire deux personnes et avec une conception du mandat représentatif. Suite aux difficultés à atteindre le quorum, ils ont fait le choix de virer certaines coordinateurs. Choix contestable (non statutaire) mais difficile de faire mieux, faut l'admettre. Cependant, au lieu de répondre aux critiques sur l'organisation de ces réunions (langage fleurie, absence d'ordre du jour, cumul de mandat, etc), celles ci on été poursuivie... à deux.

La volonté de réforme

En 2017 (et en fait un un an avant), on a convenu qu'il fallait changer. Par quoi ? On était pas d'accord alors on a fait ce qu'on fait souvent : on a repoussé la décision. On a attendu que passe l'élection législative de 2017. Nous étions en accord sur le programme, on a voté la déclaration de politique générale à cette fin et on s'est dit qu'il valait mieux faire ça bien que dans la précipitation. Du coup, on a ensuite tenu plusieurs réunions. Quelques unes à distance et deux en présentiel. Au moment d'arriver à la dernière réunion, celle identifiée comme celle de "convergence", ça a clashé pour des histoires personnelles entre des membres.

Ça en a démoralisé plus d'un mais on s'était tout de même accordés sur plusieurs choses et notamment qu'il pourrait être intéressant de tester de supprimer l'instance fédérale et de décider uniquement par vote individuel, sur tout. C'est un processus là encore assez nouveau (même si certaines assos le font depuis longtemps) qui est celui de l'assemblée générale permanente. Ainsi finies les contraintes du "c'est pas statutaire", du "on verra ça dans un an lors de l'AG", etc. En plus, le processus d'une personne égale une voix semblait important par beaucoup (je le conteste en partie car la diversité des avis joue à mon avis beaucoup plus dans un parti qui cherche à représenter une société mais j'ai fini par en convenir aussi, du moins pour me ranger à l'avis majoritaire et l'expérimenter).

Les statuts "C.R.S." qui ont été présentés (et seront soumis au vote en mars)

Ces statuts répondent en partie aux besoins. Néanmoins, dans d'autres aspects, ils sont extrêmement dangereux et même contraires aux valeurs politiques du Parti Pirate. Et notamment par rapport à la démarche internationale du Parti. Les points qui fâchent :
  • Suppression d'un des grands principes du Parti Pirate : la possibilité d'avoir des avis divergeant avec celui du Parti. Attention, actuellement tout n'est pas permis chez les pirates. Il y a des valeurs à respecter et à appliquer. De plus un candidat doit porter le programme du Parti de manière significative pour obtenir l'investiture. Néanmoins sur le programme il est possible de donner un avis personnel en divergence (tout en restant clair qu'il ne s'agit pas de celui du parti). Dans les nouveau statuts, c'est plus simple : les pirates (candidats ou non) doivent soutenir ET défendre, toutes les mesures du programme (comprendre les choix, souvent contextuels de mise en application du programme). Cette rédaction est assez ubuesque là encore car aucun parti n'est aussi exigeant. Il est généralement admis que le programme politique, et en particulier les mesures peuvent être réformées. Et donc au moins pour cela, les membres du Parti peuvent faire campagne contre une mesure politique de leur programme... mais le Parti Pirate prône la transparence, aussi comment militer en interne pour la suppression/modification d'une mesure tout en la défendant publiquement ? Un vote interne sans campagne ? Ah et de plus, la possibilité d'avoir sa carte au Parti Pirate et dans un autre parti a été extrêmement re-délimité (mais on s'en doute avec ce qui est expliqué plus haut). 
  • Il n'y a plus de déclaration de politique générale : il n'y aura plus que des mesures. Cet exercice de la 'DPG' obligeait à une réaction cohérente des valeurs en tenant compte des aspects contradictoires. Ainsi entre la transparence et la vie privée, il est important de faire un lien et d'expliquer les délimitations. Ce ne serait donc plus vraiment obligatoire et on pourra voter une succession de mesures sans cohérence et sans projet de société pour les introduire. Sans faire de procès d'intention, le vote de la DPG a été fait à une très large majorité mais parmi les quelques rares à avoir voter contre, plusieurs responsables actuels. Au point que la DPG sur le site internet du Parti Pirate était encore l'ancienne il y seulement quelques jours (pourtant signalé depuis des mois).
  • Le cumul des mandats sera systématique. Un conseiller membre de l'un des conseils sera aussi membre du secrétariat. Quant au cumul dans le temps, rien n'est dit. Là encore un problème de cohérence dans les valeurs qu'on veut appliquer aux autres mais pour lesquelles on n'ose pas s’astreindre soit-même. Mais c'est aussi un problème de collusion. Dans tout système de gouvernance on distingue l'engagement budgétaire de la présentation des comptes. Ici le conseil en charge du budget aura l'un de ses membres en charge aussi de l’exécution des paiements, et de l'opportunité de les faire (dans le cadre des votes plus large mais sur la gestion courante, on ne fait jamais voter le paiement des menues dépenses). Le seul amendement qui sera proposé permettra de délimiter un peu la possibilité pour un responsable d'être décideur et prestataire du parti politique. Il y a des chances que comme pour la DPG, ceux qui auront participé à l'assouplissement de cet amendement, votent contre in fine.
  • La mise à mal de l'action locale : autant il était important de s'assurer de la participation de tous, autant le Parti Pirate prône aussi la subsidiarité. C'est-à-dire qu'une décision qui s'applique à un ensemble restreint doit être statué par cet ensemble. Le Parti Pirate n'est pas novateur : même l'Union européenne s'astreint à ce principe (pourtant pas le modèle démocratique le plus absolu en la matière). Eh bien, ceci disparaît totalement du Parti Pirate dans ses décisions internes. Pour qu'une décision soit prise, elle devra l'être systématiquement au niveau national. Ce choix est intéressant pour l'unité du parti (en mode partisan) mais est une faute pour motiver les forces vives : une action locale interdite (ou empêchée par des complications de procédure et de délai) ne se fera pas. A l'inverse, une décision prise au niveau national ne peut pas contraindre (même via le C.R.S.) à la mise en application effective. Depuis 2013, la plupart des actions politiques ont été menée au niveau des sections (puis reprises par le national) : le national n'a fait presque que gérer de l'administratif. Il faut craindre une certaine inertie au sein du Parti.
  • Plus aucune notion de quorum ou de majorité qualifiée. Vaguement en certains endroits mais le tout soumis à la définition ultérieur au règlement intérieur. Ainsi 50% des présents (quelque soit le délai de convocation, son formalisme ou son quorum) pourra librement statuer sur n'importe quelle décision et même faire évoluer les statuts en modifiant la réunion en assemblée statuaire. Pour un parti qui demande dans son programme la reconnaissance du vote blanc, critique régulièrement des décisions prises avec une information insuffisante, c'est encore une fois l'hôpital qui se moque de la charité.

La démocratie à mal avec une Assemblée qui va entériner la décision subjective de deux coordinateurs

Ce n'est là qu'un florilège mais il y a aussi fort heureusement des choses mieux pensées. Cependant, en réponse il y a eu des propositions d'amendement. L'idée étant d'accepter le texte puis dans la même foulée d'en modifier quelques parties. Celles-ci ont été toutes rejetées (sauf une dont je parle plus haut), et par deux sections, sans justification.
On va donc convoquer une assemblée générale pour nous demander si on veut rester dans la situation initiale (qui déplaît) ou prendre un texte pour lequel aucune nuance ne sera possible durant l'assemblée. Vous me direz, c'est un peu comme le vote sur Notre-Dame des Landes... mais on sait aussi comment ça a fini ! Ici c'est la même chose, tous les choix ont été faits par avance, et il n'y aura aucune présentation contradictoire : tout ce qui déplaisait aux rédacteurs du texte a été rejeté.
Le principe même démocratique veut qu'on cherche un maximum de nuances. La coordination rejette les amendements par rapport au temps disponible au cours de l'assemblée afin de conserver du temps sur les enjeux principaux. Il n'y aura là aucun enjeu. Aucun choix si ce n'est celui de participer au blocage en rejetant en bloc ou d'approuver cette comédie démocratique.

Il va donc de soit qu'il faut prendre acte :
Personnellement, je ne participerai pas à cette mascarade démocratique. Pas plus que je ne participe aux votes pour choisi entre la droite et la droite aux élections nationale. Un assez grand nombre de pirates se sont exprimés dans ce même état d'esprit. Certains participeront quand même, d'autres feront un "boycott". Personnellement, je nuance et j'annonce que je "ne participerai pas au vote" (faute d'une option disponible pouvoir y exprimer ma préférence). Ce n'est pas un boycott car je ne boycott pas la République après m'être abstenu mais dans les fait, ça revient un peu au même car il est assez peu probable que les organisateurs de l'assemblée acceptent d'enregistrer au compte rendu les refus de vote (maintenant, si l'option est proposée, je m'exprimerai en ce sens et participerai donc à l'assemblée).

Un Parti C.R.S. ?

Le CRS ? C'est le Conseil Réglementaire et Statutaire. Au moins les rédacteurs ont un certain humour pour nous proposer d'ajouter le CRS au Parti Pirate. Il interdira notamment aux pirates de faire des choses jugées illégales. Le moyen de recours contre cette décision est très complexe, voir inaccessible concrètement. Ainsi, si des pirates veulent occuper les locaux d'un centre d'hébergement d'urgence ou forcer l'accueil de migrants dans des espaces occupés à cette fin, ils se verront interdit de le faire par le CRS. Amusant non pour un Parti libertaire ? Enfin le sera-t-il encore ?
De plus, qui sera à même d'occuper ce conseil ? Quelqu'un qui porte des accusations en diffamation au mépris du droit juridique (pour des futilités, et en se masquant derrière deux identités) ? Qui ne sait pas lire l'article 4 de la loi de 1901 et qui rédige dans les statuts l'obligation de poursuivre son poste, même après démission et sans notion de durée ? (tout au plus, il serait possible de demander un préavis raisonnable mais ledit membre ne pouvant agir sur la nomination de son remplaçant, il se retrouve alors dans une situation complexe : s'il cesse son mandat, il est en défaut, néanmoins rien ne l'oblige à y rester car la loi est claire... le pire c'est que le Parti Pirate a dans ses archives un avis juridique qui explique exactement la situation en cas de démission, et recommande un délai fixe et raisonnable pour les démissions). Qui dévoie le vocabulaire juridique en parlant de "tribunal" pour une instance disciplinaire interne qui n'offre en aucun cas les garanties d'une instance judiciaire). Faut imaginer que non mais quand bien même, ceci n'est pas très "pirate" dans l'âme. 
Et puis surtout cette dénomination n'est pas seulement une petite blague, c'est aussi l'esprit du texte dans son ensemble et le processus qui nous amène à la prise de décision. Si je me suis abstenu de m'exprimer plus tôt, c'est à cause de cette procédure de la commission dont je parle plus haut. Or l'un des accusateur est aussi le principal rédacteur du texte (contrairement à l'habitude des pirates, pas de "pad" pour ce texte). Si ce texte passe comme une lettre à la Poste, c'est parce que la coordination ne procède plus à des consultations des membres en section et peut statuer à deux sur l'ordre du jour. La tenue de cette assemblée avec un tri drastique (enfin peut-on parler de "tri" lorsqu'on rejette 13 amendements sur 14 ?) est aussi l'esprit de la démocratie qui veut être contrôlé a priori et avant même la soumission au vote des pirates. Peut-être est-il jugé que les pirates sont des veaux ? Je respecte le Général de Gaulle mais certainement ni pour cette expression, ni pour sa vision de la démocratie.
Enfin, donc, l'ensemble du texte transpire le contrôle a priori, la défiance et l'autorité. Ce qu'aura oublié le rédacteur, c'est que le rôle d'une décision collégiale est celui du consensus mais que ce consensus est nécessaire à la mise en application par des bénévoles des décisions prises. Prendre une décision autoritaire ne la rend possible que si l'autorité qui la met en place dispose des moyens de sa mise en application (les fameux CRS mais il faudra penser à les équiper de matraques télescopiques). Les pirates connaissent très bien la désobéissance civile et voter une action contestée ne conduira à rien de plus qu'à l'inertie du parti. 
Et niveau inertie, il faut être honnête... et on en glande pas une quand même. En dehors de la déclaration de politique générale, et en particulier depuis les législatives, les seules actions politiques du Parti se font à des échelons locaux. On a pas été beaucoup interrogés sur les différents sujets d'actualité depuis la prise de pouvoir de LREM. On serait bien en peine de venir la critiquer vu comment nous fonctionnons en interne mais devant les enjeux, devant les décisions qui sont prises, nous pourrions identifier nos vrais ennemis et les nommer. Et avec de vrais arguments et contre-propositions. Mais l'inertie est totale. Les membres quittent le navire dans le feutré et rares sont les sujets dont nous débattons qui ne finissent pas en attaques personnelles les uns sur les autres.

Une mutinerie ?

On ne se mutine pas dans un bateau qui prend l'eau. Et puis pour ma part je suis très attaché à ce bateau. J'y ai passé des années de ma vie à le défendre et à le réparer. Le Parti Pirate au niveau international propose une réponse politique qui me fait beaucoup de bien. Une utopie pirate ? Peut-être car nous n'avons encore réussi aucune prise suffisamment conséquente mais ça fait quand même du bien de participer à ce combat.

Je ne présage pas de la suite mais quoiqu'il en soit, je passe le relais. J'ai des priorités impérieuses (je veux dire que même si le Parti Pirate allait au mieux, je ne pourrais pas y prendre de responsabilité). Donc je vais garder ma carte pour le moment et aviser plus tard. Dans un prochain article, je ferai une synthèse de ces deux premiers articles et de ma vision des choses pour le Parti Pirate. Je veux éviter la posture de "sachant" (ou de "vieux con", c'est selon). La tentation est forte, lorsqu'on s'est investi on espère que les nouveaux arrivant prennent le relais et assurent à leur tour d'aider les "simples membres" à participer. Je sais aussi que cette posture peut-être mal vécu par les nouveaux membres : ils viennent pour construire, pas pour suivre les consignes des anciens. J'espère que ces articles aideront à partager une expérience, un vécu et que ce qui sera construit par la suite sera plus qualitatif, plus beau que ce que j'ai contribué construire hier.

Un jour où l'autre je m'investirai à nouveau mais pour le moment je vais garder ce statut de simple membre, je donnerai mon avis (si le Parti Pirate veut bien arrêter de faire pression pour que je ne le fasse pas[2]) et advienne que pourra. Quoiqu'il en soit, on adhère pas au Parti Pirate pour prendre plus de pouvoir (on alors faut vraiment manquer de lucidité), donc il me semble tout à fait possible que le Parti Pirate se réveille et parvienne à trouver les bons outils pour continuer à défendre cette société pirate. J'y reviendrai dans mon prochain article.

Notes:

[1] La démocratie liquide est "peu pratique" : comprenez ici que je veux dire qu'elle demande un travail d'éducation (populaire) et un suivis très important. C'est quelque chose de commun à toute démarche pour modifier les enjeux démocratiques, la société est formatée dans un modèle décisionnel. En changer demande de rééduquer les cerveaux. Je pense néanmoins que c'est un très bon modèle décisionnel qui devraient s'appliquer plus souvent. Il doit être accompagné d'un processus de formation et certaines décisions peuvent être prises autrement (un modèle de vote ne fait pas une société, et on peut mixer différents usages : sociocratie, holacratie, anarchie... ).

[2] C'est difficile à imaginer à quel point certains sont prêt à tout pour empêcher les autres de s'exprimer. Il y a quand même des limites assez claires (notamment dans la loi) mais c'est difficile de tenir bon dans cette situation. 

Partager

dimanche 25 février 2018

Le Parti Pirate lance la chasse aux sorcières - Article 1/3

Y a du mouvement chez les pirates. On navigue ici en eaux troubles et il m'a semblé important d'expliciter ce qui s'y passe actuellement. Attention, cet article est critique mais faire œuvre de transparence, ça demande aussi de parfois faire de l'autocritique. Ce premier article fait le point sur une procédure disciplinaire qui a été lancée contre moi et qui se conclus par un non lieu.

Lire la suite

Partager

mercredi 31 janvier 2018

L'année 2017

Voilà, c'est fini et une nouvelle année commence !

Petit retour sur cette année où je n'ai pas beaucoup publié sur ce blog... Faut dire qu'en 2017, j'ai eu fort à faire en menant ma dernière année dans la vingtaine !

Lire la suite

Partager

jeudi 27 avril 2017

Pourquoi tant de haine contre le vote blanc ?

Depuis le premier tour de la Présidentielle, nous avons le choix entre deux programmes assez proches et s'opposent deux stratégies pour faire barrage. Celle qui voudrait voter Macron pour pas avoir le FN, et celle qui veut voter blanc pour ne soutenir ni l'un ni l'autre. Ces deux stratégies sont entendable mais manifestement, le discours dominant voudrait que ceux qui ne votent pas Macron soient favorables au FN... J'ai beaucoup de mal avec cette violence du discours et la manière qui s'exprime de se raccrocher à un vote "Républicain". Pourtant le vote blanc n'est pas interdit et ceux qui votent pour un candidat sont mathématiquement ceux qui influence le résultat, pas les autres.

On peut aussi se demander que font ces démocrates convaincus entre deux élections ? Est-ce qu'ils s'engagent ou est-ce que finalement ce bulletin qui mettent dans l'urne tous les 5 ans ne serait pas leur seule action politique ? Auquel cas, je comprends que ça revête une aussi grande importance mais pour ceux qui votent tous les jours en se levant le matin, qui milites diversement, et qui sont des citoyens tous les jours, voter blanc un fois tous les 5 ans, ça n'a pas la même importance.

Petite analyse personnelle de la situation. J'ai choisi de ne pas communiquer sur ce blog d'intention de vote ou d'analyse sur la Présidentielle car je ne vois aucun débouché démocratique dans cette élection. Tant par les candidats qui étaient en lisse que par le mode de scrutin et la gouvernance Présidentielle (49.3, dirigisme, culte de l'homme-providentiel, etc).

Lire la suite

Partager

samedi 7 mai 2016

A l'INSA Rennes, les ingénieurs sont formés à l'industrie dès Rock'n'Solex

Prix_Rock_Solex

Par très rock'n'roll la tarification dite "dégressive" de rock'n'solex. Par très étudiant non plus la surtaxe de 1€ par paiement carte bancaire. Par contre, très "industrie" la publicité mensongère, le flou généralisé sur les horaires du programme et les tarifs un poil trop cher.  […]

Lire la suite

Partager

mercredi 13 avril 2016

La Nuit Debout à Rennes : un atelier permanent

Depuis mardi 36 mars (ou le 5 avril, c'est selon), se tiennent à Rennes les Nuits Debout. Jusque là je me suis un peu trop missionné de projets pour avoir le temps d'écrire un peu sur cette expérience mais j'ai quand même envie de vous partager un peu ce fourmillement qui grouille depuis une semaine dans Rennes, et dans plusieurs villes de France depuis un peu plus longtemps. Difficile d'être bref. Je vous parle dans ce billet de comment on a renommé la place et comment on y a bâti une première cabane. J'aborde aussi les autres discutions et élaborations portées par d'autres groupes (la projection, le débat sur le travail, les AG, le lien avec les étudiants...). Et aussi sur la visée politique du mouvement mais plus vers la fin (ça me passionne mais je préfères vous faire partager du réel que du blabla politicien un peu trop prospectif).

Lire la suite

Partager

samedi 9 janvier 2016

Séance publique : exposition de Jean-Benoit Lallemant à Vern-sur-seiche

Séance publique de Jean Benoit Lallemant

A l'heure de l'Internet 2.0, nos pratiques politiques sont très en retard. Aujourd'hui, des algorithmes traquent la toile à la recherche d'indices sur la satisfaction des clients et de leurs attentes. Le monde économique, lui, sait tirer avantage de ce nouveau média. De son coté, la politique disparaît du paysage, la participation aux élections est une minorité et les espoirs de changements sont marginaux.

Jean-Benoit Lallemant, présente une exposition qui aborde ces sujets au travers de trois œuvres et m'a proposé de l'aider à élaborer l'une d'elle. C'est une opportunité intéressante car elle aborde deux champs de mes compétences. Le coté technique de la visualisation, et la manipulation des bigs datas et le coté politique de l'implication citoyenne.

Cette exposition est visible à l'espace culturel de Vern-sur-seiche, Le Volume du 7 janvier au 4 février 2016 (près de Rennes, entrée libre).

Lire la suite

Partager

dimanche 22 novembre 2015

Le Guichet Numérique / RenCitéZen

Le "Guichet Numérique" est une interface en ligne (site Internet) qui permets aux habitants d'effectuer certaines démarches directement en ligne. Ce service va du certificat de naissance, à la candidature à une offre d'emploi de la mairie. Ce service a attiré mon attention lorsqu'il a été décidé d'ajouter RenCitéZen au panel de service. RenCitéZen était un centre d'appel et une application sur smartphone permettant de signaler des "anomalies" sur l'espace public.

Les anomalies en question étant centrées sur "la prévention de la délinquance", et la communication de la mairie ayant suivis en ce sens, s'est posé la question de l'appel à la délation (plus ou moins anonyme), de la stigmatisation associées (comprendre que ce qui nui au bien être ne sont pas les travaux incessants, les difficultés des agents pour agir -notamment par manque de moyens-, le cumul des mandats mais ... "les incivilités") et enfin de l'opportunité dans le cadre de la politique globale de la ville (savoir si l'espace public est un bien commun, un lieu de vie, ou de espace pour "circuler").

Dans ce cadre, j'ai entamé des démarches pour avoir accès aux documents sur ce service, comme le permets la loi CADA.

Lire la suite

Partager

mercredi 29 juillet 2015

Une société pirate [draft]

Ce texte est une synthèse rapide de l'état actuelle de ma réflexion sur le sujet. C'est un brouillon qui tente imparfaitement de rendre compte de mon état d'esprit sur le sujet.
Il exprime MON point de vue sur ce que sont les pirates, c'est un sujet en cours de réflexion dans le cadre de la rédaction commune d'une nouvelle déclaration de politique générale au sein du parti. En l'état, c'est un point de vu qui reste à discuter et à débattre. 

Pour le Parti Pirate, la société, comme l'individu, sont des choses toutes deux très importantes. C'est même la base de notre volonté politique qui évolue principalement autour de l'Internet social et de la prise en compte que chaque individu a le droit d'affirmer ses différences (sans avoir à s'en justifier). Il est important cependant à ne pas confondre cette absence de jugement avec de l'indifférence car pour une société sans frontières, le risque est d'accentuer un des mal de notre société qui se caractérise par de plus en plus d'individualisme et de désintérêt pour autrui.

Lire la suite

Partager

dimanche 26 juillet 2015

Qui est-ce qui commande l'Eurogroupe ? #bribexit

mi-juillet, un projet d'accord a été annoncé entre la Grèce et l’Eurogroupe. Ce projet a été difficile à négocier et d'après les documents publiés, les points de discordes ne sont pas toujours ceux auxquels nous nous attendons. Dans la droite ligne de TAFTA, l’Eurogroupe négocie notre Europe pour le compte d'intérêts privés. Pourtant, et il n'est pas inutile de le rappeler, l’Eurogroupe roule pour nous.

Alors qu'on fait la leçon à la Grèce sur la corruption et sur la bonne gestion, j'aimerai rappeler à l’Eurogroupe qu'ils bossent pour les citoyens et qu'ils ne sont pas censés défendre autre chose que l'intérêt général. Oui à l'Europe, et oui à un #bribexit (sortie de la corruption dans les instances européennes).

Lire la suite

Partager

dimanche 15 mars 2015

Abstentionnistes : François de Rugy cherche des figurants pour "Démocratie"

François de Rugy, EELV, a proposé dernièrement de rendre le vote obligatoire pour lutter contre l'abstention. Comme à chaque fois que des maux frappent notre République, un élu est là pour proposer ... d'interdire les symptômes ! Une semaine avant, c'était Guy Delcourt, PS, qui proposait d'étendre la loi (d'exception) contre le terrorisme pour la diffamation contre des élus via Internet.

Lire la suite

Partager

vendredi 27 février 2015

Lutter contre la fraude dans le métro : une idée bien couteuse pour la collectivité !

Non aux portillons dans le métro !

La métropole de Rennes veut installer pour 9,9 millions d'euros HT[1] des portiques pour lutter contre la fraude dans le métro et passer en tout "sans contact" pour le système de billetique. Deux solutions de technocrates fasse à des enjeux humains et environnementaux qui leur passent manifestement à des lieues au dessus de la tête (loin, très loin !).

Emmanuel Couet, le président PS de la Métropole, a utilisé sa calculette pour vérifier la pertinence de l'investissement, mais manifestement, il a oublié d'aller voir sur le terrain. Dommage !


Non aux portillons dans le métro !

Lire la suite

Partager

lundi 10 novembre 2014

Prix d'achat des prothèses dentaires

Le ministre de l'économie a annoncé hier soir, le 9 octobre, vouloir plus de transparence sur le prix d'achat des prothèses dentaires. Une mesure qui semble nécessaire tant les pratiques dans ce secteur sont opaques et condamnables. Pour avoir travaillé 3 ans en prothèse dentaires, j'ai pu voir des pratiques réellement scandaleuses et méconnues du grand public. Des prix de revente au patient sans rapport avec les prix d'achat aux prothésistes, des méthodes de travail qui peinent à se moderniser et des laboratoires (fidèles à eux mêmes) vers une recherche de profit maximal, en dépit des nécessités médicales. Pour autant, est-ce au ministre de l'économie de s'occuper de la santé ?

Lire la suite

Partager

vendredi 26 septembre 2014

Si on ne peut plus défendre les questions éthiques alors le terrorisme a déjà gagné

Début juillet, B. Cazeneuve annonce qu'il va rédiger un projet de loi pour lutter contre le terrorisme. Au nom de l'urgence, ce texte est instruit en procédure d'urgence durant l'été et en septembre, dans le brouillage médiatique lié au remaniement ministériel, la loi passe, quasiment sans aucune opposition. Dans un même temps, Daech (groupement d'intégristes terroristes) souhaite prendre le contrôle d'un État autonome. L'affaire est grave et le Président décide d'entrer en guerre en bombardant la zone concernée.

Effectivement, la menace est réelle mais sommes-nous réellement en train de lutter contre elle ? Au prétexte de la guerre, nous terrorisons la population. Au prétexte d'une menace difficile à contrecarrer, on crée, en France, un État totalitaire où l'idée même de libertés fondamentales ne constituent plus notre priorité absolue.

Lire la suite

Partager

mardi 26 août 2014

La do-o-cracy au Parti Pirate

Le Parti Pirate a instauré en 2012 une "do-o-cracy" dans son fonctionnement interne. Qu'est-ce que c'est que cela ? Et aujourd'hui quels constats ? Quelles suites pour les partis pirates ?  C'est quoi ? L'idée de do-o-cracy consiste à donner plus de pouvoir à ceux qui agissent. On aurait  […]

Lire la suite

Partager

mardi 3 juin 2014

Le président de la SACD compare les partis Pirate au FN

culpabiliteparassociaiton.png

Guillaume Prieur est le directeur des affaires institutionnelles et européennes pour la SACD [1]. Celui-ci, dans une tribune sur son blog, juge des similitudes entre le Front National et le Parti Pirate. Son argument : le FN et le Parti Pirate défendent tout deux des thématiques communes. Pire, il  […]

Lire la suite

Partager

dimanche 4 mai 2014

Bilan de l'élection municipale à Rennes

Participer à une élection, c'est toute une aventure. J'avais déjà pu l'expérimenter en 2012 en aidant à la campagne des trois candidats du Parti Pirate qui s'étaient présentés en Bretagne mais c'était ma première expérience au sein d'une liste (de 61 noms, ce qui n'est pas rien, même à l'échelle  […]

Lire la suite

Partager

Les contradictions dans les projets clients

En informatique (comme dans beaucoup de métiers), on a parfois l'impression que le client veut nous faire faire l'impossible. Il est difficile d'avoir à la fois le rôle de l'expert parce qu'effectivement, pris unitairement rien n'est foncièrement irréalisable mais lorsqu'on associe chaque brique  […]

Lire la suite

Partager

dimanche 13 avril 2014

Vote blanc et abstention : un non choix ?

Pour beaucoup de gens, la prise en compte du vote blanc est "complexe". Je conteste ce jugement un peu rapide car prendre en compte le vote blanc ne change pas grand chose à l'heure actuelle. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le vote blanc n'est pas comptabilisé à part (il est dans  […]

Lire la suite

Partager

mercredi 2 avril 2014

Les Ouménés de Bonada et l'alternance politique

Soyons enfin clairs. (Arouet) A propos de l'alternance politique, Henri Michaux a écrit un petit texte, intitulé fort justement "Soyons enfin clairs". Il nous y décrit le système politique de différentes peuplades (et sous peuplades) qui présentent d'étranges similitudes avec ce que nous  […]

Lire la suite

Partager

- page 1 de 2