jeudi 27 avril 2017

Pourquoi tant de haine contre le vote blanc ?

Depuis le premier tour de la Présidentielle, nous avons le choix entre deux programmes assez proches et s'opposent deux stratégies pour faire barrage. Celle qui voudrait voter Macron pour pas avoir le FN, et celle qui veut voter blanc pour ne soutenir ni l'un ni l'autre. Ces deux stratégies sont entendable mais manifestement, le discours dominant voudrait que ceux qui ne votent pas Macron soient favorables au FN... J'ai beaucoup de mal avec cette violence du discours et la manière qui s'exprime de se raccrocher à un vote "Républicain". Pourtant le vote blanc n'est pas interdit et ceux qui votent pour un candidat sont mathématiquement ceux qui influence le résultat, pas les autres.

On peut aussi se demander que font ces démocrates convaincus entre deux élections ? Est-ce qu'ils s'engagent ou est-ce que finalement ce bulletin qui mettent dans l'urne tous les 5 ans ne serait pas leur seule action politique ? Auquel cas, je comprends que ça revête une aussi grande importance mais pour ceux qui votent tous les jours en se levant le matin, qui milites diversement, et qui sont des citoyens tous les jours, voter blanc un fois tous les 5 ans, ça n'a pas la même importance.

Petite analyse personnelle de la situation. J'ai choisi de ne pas communiquer sur ce blog d'intention de vote ou d'analyse sur la Présidentielle car je ne vois aucun débouché démocratique dans cette élection. Tant par les candidats qui étaient en lisse que par le mode de scrutin et la gouvernance Présidentielle (49.3, dirigisme, culte de l'homme-providentiel, etc).

Les réactions au premier tour

J'ai fini par voter pour un candidat au premier tour après avoir très longuement hésité avec le vote blanc. J'ai été étonné des réactions des gens, parfois d'amis, lorsque je leur disais que je pourrais voter blanc. Le sentiment qu'en face c'était en dehors de leur entendement et que ça remettait en cause toute leur manière de voir la démocratie et la république. Ce vote blanc est évidemment un vote contestataire, un vote "anti-système" mais pour les sympathisants d'un homme providence, que quelqu'un puisse vouloir ne voter pour personne, pas même leur candidat, ça a pu en mettre certain dans une colère assez disproportionnée.

Cette colère, si on essaye d'en deviner la cause, est évidemment lié au fait que de part leurs engagements citoyens, ils se sentent responsable du soutien à leur candidat. Cependant, pourquoi dans ce cas il y avait plus de colère pour un vote blanc que pour un vote pour un autre candidat que le leur ? Mathématiquement, lorsqu'on vote blanc, on n'influence pas le vote alors que si on vote pour un autre candidat, on l'influence négativement pour tous les autres candidats.

Le vote, un rituel démocratique ?

On ne peut pas faire de généralité mais au moins pour une part d'entre-eux, je sens comme une perte des repères. Un peu comme expliquer au monde que la terre est ronde alors qu'elle a toujours été plate et qu'en regardant à perte de vue, on ne voit un horizon droit. Si on accepte plus de voter pour une des options présentées, c'est comme si nous ne voulions plus de la démocratie. Cet éréthisme est insupportable si on s'imagine que la démocratie ne vit que grâce au vote. Et c'est la première des croyances à faire tomber.

En société, on vit grâce à des rituels. On se dit "bonjour", on se souhaites la "bonne année", des fêtes religieuses, laïques et tout un tas de choses. Ca ne fait pas société pour autant mais si on rompt ces conventions, on se mets non pas en dehors d'un "système" mais en dehors de la "société" (et c'est beaucoup plus grave d'être a-social).

Alors, non, le vote n'est pas la démocratie. Si on regarde la paille dans l’œil du voisin, on voit beaucoup de pays gouvernés par des élections et qui ne sont pas (de notre point de vu) démocratique. Alors oui, en France on avait 11 citoyens qui pouvaient être candidats, et 48 M de citoyens en capacité de voter. C'est pas trop mal mais on ne juge pas une démocratie sur le fait de faire voter les gens. Sinon, le moindre supermarché serait une démocratie évolué avec leurs systèmes de vote placés en permanence un peu partout dans les rayonnages.

Donc le vote peut-être un outil au service d'une démocratie mais ce n'est pas l'outil qui défini la démocratie. Et on peut même se demander si cet outil est nécessaire en démocratie. Selon Paul Ricoeur, « Est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c'est-à-dire traversée par des contradictions d'intérêt et qui se fixe comme modalité, d'associer à parts égales, chaque citoyen dans l'expression de ces contradictions, l'analyse de ces contradictions et la mise en délibération de ces contradictions, en vue d'arriver à un arbitrage ». Cette définition est perfectible mais elle résume les grandes lignes. Ainsi, on ne peut pas dire "démocratique" une société qui écraserait les minorités politiques au profit de la majorité (ça s'est fait mais on a vite requalifié ça de génocide et de dictature).

Le vote est donc un outil, mais on pourrait le remplacer par un tirage au sort, ou si on a pas peur des dérives par un supercalculateur en charge de prendre soin de nous (un Big Brother). On peut aussi chercher le consensus et dans un petit groupe, pour chercher un resto, on va plus facilement chercher le consensus que faire voter la majorité : ce n'est pas par générosité mais juste parce qu'on cherche à ce que chacun y trouve son compte pour passer un bon moment ensemble.

Cela dit, je ne vais pas proposer Big Brother à la place du vote. Je veux juste montrer qu'on a pas à avoir peur de ne pas faire son rituel démocratique en votant. La démocratie, elle se vit tout les jours et pas tous les 5 ans. Et en France, malgré toute les imperfection de notre système, cette démocratie s'exprime beaucoup mieux entre les élections qu'au moment du vote : on peut lire, exprimer des opinions, créer des groupes d'intérêts, penser et mener beaucoup d'actions. On peut aussi être respecté même lorsqu'on représente une minorité (en fait, on est toujours une minorité relative d'un certain point de vu). Ce n'est pas parfait, il y a des exceptions, mais c'est un objectif parcouru.

Le vote, en France, c'est quoi ?

Alors, on a les référendum : oui ou non à une question qu'on n'a pas pu construire. C'est pareil que les petits sourires du supermarché. On vous demande si vous avez apprécié le travail de la caissière, pas si vous voulez diminuer les prix de 10%. On pose des questions mais on se méfie un peu des réponses alors on cadre un peu.

On a aussi les élections de représentants. On vote pour un candidat et on peut soit-même être candidat. Cependant, pour être candidat il y a énormément de barrières. Si on avait 11 candidats au premier tour, ce n'est pas par manque de civisme des 48 millions d'électeurs. 

Après, il y a le mode de scrutin. En deux mots, on vote pour un panel de deux choix (le premier tour) puis on départage les deux champions au second tour. Il y a quelques élections où c'est un peu différent mais on retrouve le même système un peu dans tout ces modes. L'objectif est d'éliminer les candidats minoritaires pour donner une majorité franche au gagnant. On ne peut pas voter pour ou contre plusieurs candidats. On ne peut pas voter pour une personne qui n'est pas candidate. On ne peut faire élire un candidat minoritaire (par exemple, un candidat qui fait 20% n'a pas 20% du pouvoir mais n'en a aucun : dans d'autres pays en Europe, bien souvent, le pouvoir est relativement proportionnel grace à des systèmes parlementaires qui n'existent pas en France).

Bref, je ne peux que vous conseiller cette vidéo là qui explique un peu les choses.

Ou une vidéo plus courte (mais moins convaincante).

Bref, on fait "barrage" au FN comment ?

Ben alors déjà on peut ne pas voter pour lui. Oui, c'est très simple mais concrètement ça veut dire de convaincre ceux qui vote pour lui que c'est une mauvaise idée pour eux. Si on fait baisser le nombre d'électeurs, on fait baisser le score mécaniquement.

Pour se faire, ça veut aussi dire de voter pour des propositions qui vont combattre les causes. Je ne vais pas me lancer sur l'analyse du vote FN dans ce billet mais il y a de vrais problèmes d'éducation, de pauvreté, et de démocratie. On sait que le solutionnisme du FN ne peut pas fonctionner : et d'ailleurs pour action concrète, en général on a surtout du détournement d'argent public au profit des élus. Donc ça ne sert à rien de chercher à appliquer leur programme à leur place... faut juste mener des politiques réellement efficaces. Pour ça, on peut déjà montrer qu'on est différent en ayant des élus moins corrompus que ceux du FN (ce n'est pas gagné, et pourtant ils placent la barre haute) et mener des politiques sociales (un argument qui revient souvent sur la "misère du monde" est qu'on ne s'occupe pas assez des habitants, et c'est vrai... même si les migrants et les réfugiés n'y sont pour rien).

On peut aussi, et il faut le faire, manifester, s'engager dans des associations, dans des actions politiques, dans des actions solidaires. Oui, en France, on a le droit de le faire alors faisons-le. Alors qu'on critique ceux qui votent blanc une fois tous les 5 ans, on pourrait se poser la question de ceux qui tous les matins en se levant, ne votent pas. C'est tout les jours la démocratie, ce n'est pas une fois tous les 5 ans. Tous les jours il y a moult actions engagées et ces actions il faut les soutenir, les renforcer, les défendre. Alors comme on peut mais si on vote tous les 5 ans, on peut aussi prendre du temps par occasion pour s'engager activement.

Et bien sur, on peut voter pour le candidat qui est en face si on veut le favoriser sur son concurrent. On peut aussi voter blanc ou s'abstenir pour marquer son rejet du choix proposé. Ce sont deux options légitimes, légales et respectables.

Partager

samedi 7 mai 2016

A l'INSA Rennes, les ingénieurs sont formés à l'industrie dès Rock'n'Solex

Prix_Rock_Solex

Par très rock'n'roll la tarification dite "dégressive" de rock'n'solex. Par très étudiant non plus la surtaxe de 1€ par paiement carte bancaire. Par contre, très "industrie" la publicité mensongère, le flou généralisé sur les horaires du programme et les tarifs un poil trop cher.  […]

Lire la suite

Partager

mercredi 13 avril 2016

La Nuit Debout à Rennes : un atelier permanent

Depuis mardi 36 mars (ou le 5 avril, c'est selon), se tiennent à Rennes les Nuits Debout. Jusque là je me suis un peu trop missionné de projets pour avoir le temps d'écrire un peu sur cette expérience mais j'ai quand même envie de vous partager un peu ce fourmillement qui grouille depuis une semaine dans Rennes, et dans plusieurs villes de France depuis un peu plus longtemps. Difficile d'être bref. Je vous parle dans ce billet de comment on a renommé la place et comment on y a bâti une première cabane. J'aborde aussi les autres discutions et élaborations portées par d'autres groupes (la projection, le débat sur le travail, les AG, le lien avec les étudiants...). Et aussi sur la visée politique du mouvement mais plus vers la fin (ça me passionne mais je préfères vous faire partager du réel que du blabla politicien un peu trop prospectif).

Lire la suite

Partager

samedi 9 janvier 2016

Séance publique : exposition de Jean-Benoit Lallemant à Vern-sur-seiche

Séance publique de Jean Benoit Lallemant

A l'heure de l'Internet 2.0, nos pratiques politiques sont très en retard. Aujourd'hui, des algorithmes traquent la toile à la recherche d'indices sur la satisfaction des clients et de leurs attentes. Le monde économique, lui, sait tirer avantage de ce nouveau média. De son coté, la politique disparaît du paysage, la participation aux élections est une minorité et les espoirs de changements sont marginaux.

Jean-Benoit Lallemant, présente une exposition qui aborde ces sujets au travers de trois œuvres et m'a proposé de l'aider à élaborer l'une d'elle. C'est une opportunité intéressante car elle aborde deux champs de mes compétences. Le coté technique de la visualisation, et la manipulation des bigs datas et le coté politique de l'implication citoyenne.

Cette exposition est visible à l'espace culturel de Vern-sur-seiche, Le Volume du 7 janvier au 4 février 2016 (près de Rennes, entrée libre).

Lire la suite

Partager

dimanche 22 novembre 2015

Le Guichet Numérique / RenCitéZen

Le "Guichet Numérique" est une interface en ligne (site Internet) qui permets aux habitants d'effectuer certaines démarches directement en ligne. Ce service va du certificat de naissance, à la candidature à une offre d'emploi de la mairie. Ce service a attiré mon attention lorsqu'il a été décidé d'ajouter RenCitéZen au panel de service. RenCitéZen était un centre d'appel et une application sur smartphone permettant de signaler des "anomalies" sur l'espace public.

Les anomalies en question étant centrées sur "la prévention de la délinquance", et la communication de la mairie ayant suivis en ce sens, s'est posé la question de l'appel à la délation (plus ou moins anonyme), de la stigmatisation associées (comprendre que ce qui nui au bien être ne sont pas les travaux incessants, les difficultés des agents pour agir -notamment par manque de moyens-, le cumul des mandats mais ... "les incivilités") et enfin de l'opportunité dans le cadre de la politique globale de la ville (savoir si l'espace public est un bien commun, un lieu de vie, ou de espace pour "circuler").

Dans ce cadre, j'ai entamé des démarches pour avoir accès aux documents sur ce service, comme le permets la loi CADA.

Lire la suite

Partager

mercredi 29 juillet 2015

Une société pirate [draft]

Ce texte est une synthèse rapide de l'état actuelle de ma réflexion sur le sujet. C'est un brouillon qui tente imparfaitement de rendre compte de mon état d'esprit sur le sujet.
Il exprime MON point de vue sur ce que sont les pirates, c'est un sujet en cours de réflexion dans le cadre de la rédaction commune d'une nouvelle déclaration de politique générale au sein du parti. En l'état, c'est un point de vu qui reste à discuter et à débattre. 

Pour le Parti Pirate, la société, comme l'individu, sont des choses toutes deux très importantes. C'est même la base de notre volonté politique qui évolue principalement autour de l'Internet social et de la prise en compte que chaque individu a le droit d'affirmer ses différences (sans avoir à s'en justifier). Il est important cependant à ne pas confondre cette absence de jugement avec de l'indifférence car pour une société sans frontières, le risque est d'accentuer un des mal de notre société qui se caractérise par de plus en plus d'individualisme et de désintérêt pour autrui.

Lire la suite

Partager

dimanche 26 juillet 2015

Qui est-ce qui commande l'Eurogroupe ? #bribexit

mi-juillet, un projet d'accord a été annoncé entre la Grèce et l’Eurogroupe. Ce projet a été difficile à négocier et d'après les documents publiés, les points de discordes ne sont pas toujours ceux auxquels nous nous attendons. Dans la droite ligne de TAFTA, l’Eurogroupe négocie notre Europe pour le compte d'intérêts privés. Pourtant, et il n'est pas inutile de le rappeler, l’Eurogroupe roule pour nous.

Alors qu'on fait la leçon à la Grèce sur la corruption et sur la bonne gestion, j'aimerai rappeler à l’Eurogroupe qu'ils bossent pour les citoyens et qu'ils ne sont pas censés défendre autre chose que l'intérêt général. Oui à l'Europe, et oui à un #bribexit (sortie de la corruption dans les instances européennes).

Lire la suite

Partager

dimanche 15 mars 2015

Abstentionnistes : François de Rugy cherche des figurants pour "Démocratie"

François de Rugy, EELV, a proposé dernièrement de rendre le vote obligatoire pour lutter contre l'abstention. Comme à chaque fois que des maux frappent notre République, un élu est là pour proposer ... d'interdire les symptômes ! Une semaine avant, c'était Guy Delcourt, PS, qui proposait d'étendre la loi (d'exception) contre le terrorisme pour la diffamation contre des élus via Internet.

Lire la suite

Partager

vendredi 27 février 2015

Lutter contre la fraude dans le métro : une idée bien couteuse pour la collectivité !

Non aux portillons dans le métro !

La métropole de Rennes veut installer pour 9,9 millions d'euros HT[1] des portiques pour lutter contre la fraude dans le métro et passer en tout "sans contact" pour le système de billetique. Deux solutions de technocrates fasse à des enjeux humains et environnementaux qui leur passent manifestement à des lieues au dessus de la tête (loin, très loin !).

Emmanuel Couet, le président PS de la Métropole, a utilisé sa calculette pour vérifier la pertinence de l'investissement, mais manifestement, il a oublié d'aller voir sur le terrain. Dommage !


Non aux portillons dans le métro !

Lire la suite

Partager

lundi 10 novembre 2014

Prix d'achat des prothèses dentaires

Le ministre de l'économie a annoncé hier soir, le 9 octobre, vouloir plus de transparence sur le prix d'achat des prothèses dentaires. Une mesure qui semble nécessaire tant les pratiques dans ce secteur sont opaques et condamnables. Pour avoir travaillé 3 ans en prothèse dentaires, j'ai pu voir des pratiques réellement scandaleuses et méconnues du grand public. Des prix de revente au patient sans rapport avec les prix d'achat aux prothésistes, des méthodes de travail qui peinent à se moderniser et des laboratoires (fidèles à eux mêmes) vers une recherche de profit maximal, en dépit des nécessités médicales. Pour autant, est-ce au ministre de l'économie de s'occuper de la santé ?

Lire la suite

Partager

vendredi 26 septembre 2014

Si on ne peut plus défendre les questions éthiques alors le terrorisme a déjà gagné

Début juillet, B. Cazeneuve annonce qu'il va rédiger un projet de loi pour lutter contre le terrorisme. Au nom de l'urgence, ce texte est instruit en procédure d'urgence durant l'été et en septembre, dans le brouillage médiatique lié au remaniement ministériel, la loi passe, quasiment sans aucune opposition. Dans un même temps, Daech (groupement d'intégristes terroristes) souhaite prendre le contrôle d'un État autonome. L'affaire est grave et le Président décide d'entrer en guerre en bombardant la zone concernée.

Effectivement, la menace est réelle mais sommes-nous réellement en train de lutter contre elle ? Au prétexte de la guerre, nous terrorisons la population. Au prétexte d'une menace difficile à contrecarrer, on crée, en France, un État totalitaire où l'idée même de libertés fondamentales ne constituent plus notre priorité absolue.

Lire la suite

Partager

mardi 26 août 2014

La do-o-cracy au Parti Pirate

Le Parti Pirate a instauré en 2012 une "do-o-cracy" dans son fonctionnement interne. Qu'est-ce que c'est que cela ? Et aujourd'hui quels constats ? Quelles suites pour les partis pirates ?  C'est quoi ? L'idée de do-o-cracy consiste à donner plus de pouvoir à ceux qui agissent. On aurait  […]

Lire la suite

Partager

mardi 3 juin 2014

Le président de la SACD compare les partis Pirate au FN

culpabiliteparassociaiton.png

Guillaume Prieur est le directeur des affaires institutionnelles et européennes pour la SACD [1]. Celui-ci, dans une tribune sur son blog, juge des similitudes entre le Front National et le Parti Pirate. Son argument : le FN et le Parti Pirate défendent tout deux des thématiques communes. Pire, il  […]

Lire la suite

Partager

dimanche 4 mai 2014

Bilan de l'élection municipale à Rennes

Participer à une élection, c'est toute une aventure. J'avais déjà pu l'expérimenter en 2012 en aidant à la campagne des trois candidats du Parti Pirate qui s'étaient présentés en Bretagne mais c'était ma première expérience au sein d'une liste (de 61 noms, ce qui n'est pas rien, même à l'échelle  […]

Lire la suite

Partager

Les contradictions dans les projets clients

En informatique (comme dans beaucoup de métiers), on a parfois l'impression que le client veut nous faire faire l'impossible. Il est difficile d'avoir à la fois le rôle de l'expert parce qu'effectivement, pris unitairement rien n'est foncièrement irréalisable mais lorsqu'on associe chaque brique  […]

Lire la suite

Partager

dimanche 13 avril 2014

Vote blanc et abstention : un non choix ?

Pour beaucoup de gens, la prise en compte du vote blanc est "complexe". Je conteste ce jugement un peu rapide car prendre en compte le vote blanc ne change pas grand chose à l'heure actuelle. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le vote blanc n'est pas comptabilisé à part (il est dans  […]

Lire la suite

Partager

mercredi 2 avril 2014

Les Ouménés de Bonada et l'alternance politique

Soyons enfin clairs. (Arouet) A propos de l'alternance politique, Henri Michaux a écrit un petit texte, intitulé fort justement "Soyons enfin clairs". Il nous y décrit le système politique de différentes peuplades (et sous peuplades) qui présentent d'étranges similitudes avec ce que nous  […]

Lire la suite

Partager

Budget 2012 du service du STAR

Suite à une réflexion sur le transport gratuit en avril 2013, j'ai demandé à Rennes métropole de me communiquer le budget des transports de la métropole pour évaluer les coûts. Il s'est avéré que ces coûts étant très élevés, il était irréaliste de le mettre en place à moyen terme, au risque de  […]

Lire la suite

Partager

samedi 1 février 2014

Bilan Secrétaire National du Parti Pirate

De novembre 2012 à novembre 2013, j'ai occupé la fonction de Secrétaire National du Parti Pirate. Ce rôle consistait, après la suppression du rôle de président[1] à reprendre une partie de ses missions (à l'exception de la représentation du Parti face aux médias qui revenait aux Porte-paroles) ainsi  […]

Lire la suite

Partager

vendredi 4 janvier 2013

Comment effectuer la collecte de document ?

Si vous souhaitez vous mettre vous aussi à libérer des documents administratifs ou si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, vous pouvez : vérifier qu'il ne se trouve pas déjà sur la plateforme open data de Rennes métropole ou sur le site internet de Rennes et de Rennes métropole ; adresser votre  […]

Lire la suite

Partager